Kiné respiratoire

Publié le par 65roses.over-blog.fr

          La kiné est le traitement symptomatique de base de la mucoviscidose, elle est indispensable et quotidienne (le plus souvent le matin), parfois bi-quotidienne lorsque l'infection bronchique est majorée. C'est une sorte de toilette des poumons. On parle de drainage. Il vise à dégager les bronches par expectoration du mucus qui s'y accumule en permanence et dont l'infection chronique enflamme et détruit les alvéoles pulmonaires.

 

          Je fais souvent précéder la séance d'un aérosol destiné à fluidifier le mucus. Le principal problème est le caractère épais et collant du mucus. S'il est hydraté, il est plus fluide donc plus facile à mobiliser. Mais ça reste de la théorie et ça ne se vérifie pas forcément à chaque fois !

 

         Une séance de kiné dure 30 à 45 mn. Contrairement à la majorité des mucos qui vont chez un kiné, je fais mes séances tout seul, chez moi, quand je le souhaite. Je ne ressens pas le besoin d'être aidé. J'ai connu des dizaines de kinés, chacun avec une technique différente, du clapping au drainage autogène, j'ai assimilé ces techniques, j'ai trouvé celles qui me convenaient le mieux, je sais me les appliquer. J'utilise telle ou telle technique en fonction de mon état du moment, je sais celle qui sera efficace face à une situation donnée. Je sais que tous les mucos savent gérer leur kiné de cette manière.

 

          Une séance de kiné respi n'est pas un "massage" comme on l'entend souvent. Personne ne me masse, ce n'est pas un moment de plaisir ni de détente ! Allongé sur le dos (parfois sur le côté), je fais de lentes et profondes inspirations / expirations pour mobiliser au maximum toutes les alvéoles pulmonaires, l'idée étant de faire circuler l'air au plus profond de l'arbre respiratoire pour décoller le mucus et le faire remonter petit à petit pour l'évacuer.

 

         En fin de séance, j'accélère le flux respiratoire pour tenter de mobiliser le mucus resté bloqué jusque-là. L'inconvénient de l'accélération de flux est que cela spasme les bronches (comme dans une crise d'asthme, elles se rétrécissent). L'air ne circule plus, il n'y a donc aucune chance de faire bouger le mucus. De plus, ça fait tourner la tête et donne des céphalées.

 

         Pendant la kiné, les quintes de toux sont très fréquentes. Elles sont épuisantes, donnent des maux de tête et font parfois vomir. C'est pour cette raison que je fais ma séance de préférence au réveil, à jeun.

 

         Une séance de kiné réussie permet de passer une journée avec les bronches "dégagées" donc de mieux respirer, être moins fatigué, avoir de l'appétit et le moral 

 

         Arriver à mobiliser et expectorer le mucus est loin d'être évident, parfois impossible, c'est physiquement éprouvant. Ces dernières années, un nouveau problème est apparu : les hémoptysies. Mes bronches étant enflammées, si je force un peu pendant la kiné, elles se mettent à saigner et je crache du sang. C'est toujours très impressionnant et anxiogène. Mais cela ne doit pas mettre fin à la séance (sauf si l'hémorragie est très importante), il faut simplement passer en phase très douce.

 

         Voilà, on est loin de la séance de "massage"  Je ressors systématiquement d'une séance en nage et fatigué. Mais la kiné respi est indispensable si je veux pouvoir passer 24h sans être trop essoufflé et sans trop tousser. Si je saute une séance, je le paye vite !

Commenter cet article